Accueil

Photos

L'avis du public

Revue de presse

Dates

Interviews

Bonus

Fiche technique

La visite
Super guidée

Contacts

Cœur de braco

Revue de presse


Et puis la Bernadette est arrivée, et en trois coups de cuillère à pot, elle a emmené le public dans sa Sologne.
Cœur de braco : un voyage au pays de la truculence, de la tendresse, et du sanglier mariné. Une vraie pépite à ne rater sous aucun prétexte !
Beaucoup de talent.
Personnage typique et insolite, ordinaire en apparence. Un moment de fraicheur et de tradition qui a ravi le public.
Véronique Blot entraine son public dans une partie de braconnage délirante.
Avec sa planche à repasser sous le bras, Véronique Blot poursuit sa tournée éclatante dans les villages de Sologne dans lesquels elle est précédée par un bouche à oreille fantastique.
Si son one-woman show est aussi apprécié, c’est parce qu’il est écrit à partir d’histoires vraies collectées dans une Sologne contemporaine. La révélation tient au fait que la braconne solognote s’incarne dans une femme à la fois tendre, tonique, pétillante, exaltée parfois.
« Cœur de braco » fait mouche.
Un succès retentissant sans cesse renouvelé dans la région.
Succès mérité car la prestation scénique de la jeune actrice valait le détour : poétique et humoristique le récit de sa vie de braconnière au cœur d’une Sologne passée avait de quoi émouvoir l’assistance. Même les plus jeunes ont été séduits par ce personnage typique et extravagant.
Un spectacle de qualité joué par une comédienne remarquable, Véronique Blot.
Le public a découvert le panache et la verve d’une Véronique Blot touchante et drôle.
La Solognote n'est pas venue seule. Outre son inséparable planche à repasser et une chaise pour seuls décors, sa valise était pleine de personnages plutôt originaux. A commencer par Bernadette mère de famille pas tout à fait comme les autres : elle est Solognote et donc ... braconnière dans l'âme et fière de l'être.
Bernadette est amoureuse de sa terre, de ses forêts qui l'entourent, des champignons qu'on y trouve, du gibier qui y abonde. Elle en parle avec une passion vibrante, avec l'accent du terroir, à force de gestes et de silences qui en disent long. Avec des yeux qui font parfois frissonner tels ceux du gibier.
Avec humour bien sûr, mais aussi plein de poésie.
La drôle de vie de Bernadette.
Pendant une heure et demie, cette comédienne pleine d’allant a fait rire aux larmes les spectateurs.
C'est un hommage, gai et touchant, à toutes les braconnières qui avouent la passion qui les anime, malgré la peur.
Le récit est truffé d'anecdotes savoureuses et on rit beaucoup.
Bernadette et le public, très proches, communiquent dans une belle convivialité.
Sacré personnage, cette Bernadette.
Elle a raccroché à son fusil un public qui l’a suivie dans toutes ses aventures.
Seule en scène, la comédienne donne vie à ce personnage hors norme et attachant. Et quand Bernadette évoque la viande refroidie par ses soins, l'animal prêt à être dépecé, c'est avec tendresse et sensualité. « La Sologne, faut la prendre comme ça », assure Véronique Blot.
Et dans la salle, le public s'est laissé prendre au jeu de cette comédienne pétillante.
Pendant près de deux heures, la performeuse au sens propre du terme, développe son histoire, campe les personnages par un changement de voix, de posture et surtout la mobilité du visage tour à tour grognon, faraud, malicieux, innocent, sévère, hilare.
Elle tient les spectateurs en haleine, tour à tour émus, réjouis, nostalgiques, complices en tout cas de la battante ménagère au fusil.
Elle termine sa charge théâtrale par un « bon, maintenant faut que j'y aille ». La salle explose en applaudissements, les admirateurs s'empressent autour de Bernadette, redevenue Véronique. Se sentent-ils tous un peu braconniers ce soir ?
« Cœur de braco » un one-woman-show authentique et une Bernadette qui l'est tout autant.
La prêtresse du braconnage séduit son public qui a bien ri des péripéties de Bernadette.
Durant près d’une heure et demie, avec pour seuls décors une planche à repasser et une chaise, et en prime l'accent du terroir, elle a démontré qu’être « braco c'est du boulot ! », pour se jouer avec drôlerie des gendarmes, des Saint-Hubert et des gardes.
Le sanglier qui vient d'être buté et qui ressuscite pour jaillir du capot de la R8, ou encore le garenne qui se retrouve dans un cercueil, Bernadette la braco raconte toutes ses anecdotes avec brio.
Une tranche de vie, une étude sociologique racontée avec humour et réalisme.
Sans fioriture, sans artifice : Bernadette ça va de soi.
Un moment original et drôle qui a ravi tout le monde.
Généreuse interprétation pour la braconnière invitée. La jeune femme connaît son sujet et ne s'épargne pas quelques postures rocambolesques. Nul besoin d'accessoire pour venir renforcer le propos ; la langue d'une Véronique Blot suffit, touchante.
Bernadette est de ces épouses rieuses qui chante volontiers « femme le jour, braco la nuit ».
L'âme réincarnée de la Sologne.
Des histoires bien ancrées dans la tradition de nos campagnes où le gibier n'a qu'à bien se tenir car tous les coups sont permis, où les champignons si convoités ne sont que pour Bernadette la braco interprétée par Véronique, une façon de faire un petit pied de nez au garde en allant les ramasser à sa barbe. Mais cela n'avait rien de méchant tant les anecdotes étaient cocasses et savoureuses.
On fermera les yeux, car ces facéties racontées avec verve, dans un rythme soutenu et un franc-parler ont vraiment enthousiasmé l'auditoire.
On finirait même par lui donner raison à Bernadette...

haut de page

 

 

 

 

 

 


Cœur de braco. Revue de presse / CG — <http://www.veroniqueblot.org/presse.html> : 2012.07.11 - 2012.10.24 -